fbpx

La RSE des PME : innovation responsable et création de valeur partagée pour les entreprises et notre territoire

L’innovation responsable, le levier stratégique qui concilie les avantages compétitifs des entreprises et le bien-être de la population

Dans le plan de relance européen d’après covid, dont un tiers est consacré au Pacte Vert avec l’objectif ambitieux de faire de l’Europe « le premier continent au monde à être neutre pour le climat », les entreprises et les investissements consacrés à la recherche et à l’innovation responsable ont à jouer un rôle essentiel. Depuis une dizaine d’années, les grandes entreprises et les PME se sont inscrites dans une véritable démarche RSE qui, à terme, leur permet de concilier performance économique et prise en compte des enjeux socio-environnementaux de leur territoire. En France, 50% des PME/ETI ont une démarche RSE et 26% une démarche RSE structurée autour d’un plan d’actions. Cependant, l’innovation responsable, un des moyens stratégiques de concilier l’avantage compétitif des entreprises et le bien-être de la société, est encore trop peu connu des entreprises à l’heure où l’Europe lui consacre un budget de 95,5 milliards d’euros, via son programme Horizon Europe. Pourtant, l’innovation responsable peut apporter des réponses aux défis de la société et de notre territoire dès lors que les PME l’intègrent à leur démarche stratégique.

L’innovation responsable (IR) est une innovation durable qui, en plus de viser des bénéfices économiques, considère ses propres implications sociétales, en étant soucieuse du respect de l’environnement, de la santé humaine, des conditions de travail, du niveau de vie et des choix de société en matière d’éthique, de respect de la vie privée et d’équité. « Anticipatrice », elle s’accompagne à chaque étape de recherches transparentes afin d’évaluer les opportunités ainsi que les risques actuels et futurs qu’elle présente pour les populations.

Intégrer l’IR à la démarche RSE présente de nombreux avantages pour une PME : une meilleure compréhension des besoins des clients et des parties prenantes, et donc des produits et services mieux acceptés in fine, un retour sur investissement favorable, une motivation des collaborateurs en interne, une image de l’entreprise plus éthique et bien sûr la création et le soutien d’avantages concurrentiels.

Par ailleurs, les spécificités intrinsèques aux PME facilitent l’intégration de l’IR. Leur grande flexibilité organisationnelle leur permet de réagir plus vite aux changements du marché et aux mouvements de leurs concurrents. La proximité entre le chef d’entreprise, ses salariés et ses parties prenantes, facilite le développement d’une vision collective. D’autant plus que les valeurs et les convictions personnelles du dirigeant motivent l’engagement des salariés en faveur de l’environnement et donc leur investissement dans le processus de L’IR.

L’enjeu majeur des ressources et de la gestion des connaissances 

Plus une PME raisonne de façon globale et prend conscience que l’IR peut être une partie intégrante de sa démarche RSE et de sa stratégie commerciale, plus elle crée de synergies propices à l’innovation. Le développement de l’IR repose sur quatre principes déjà présents dans la démarche RSE des PME : l’anticipation (une IR doit anticiper ses impacts sur la société et la planète), la réflexivité (l’entreprise interroge ses propres activités, ses valeurs), l’inclusion des parties prenantes (l’entreprise dépasse la simple relation clients/entreprise et englobe tous les acteurs de son écosystème) et enfin la réactivité (il s’agit de la capacité à répondre aux changements de la société).

Mais le potentiel d’innovation des PME dépend aussi directement d’une cinquième dimension : la quantité et l’organisation des ressources scientifiques, techniques, humaines et financières que les PME parviennent à mobiliser pour innover de manière responsable. Or, la plupart des PME souffrent d’une part d’un manque de ressources humaines, et donc des connaissances nécessaires au développement d’une innovation responsable. D’autre part, elles peuvent rencontrer des difficultés à recruter un personnel hautement qualifié.* Leur intérêt est donc d’initier des actions spécifiques pour obtenir ce savoir, soit en le développant en interne, soit en ayant recours à des acteurs extérieurs à leur environnement. Cette dimension de la gestion des connaissances est d’autant plus importante pour les PME qui ont moins de ressources à investir en R&D. 

Université Côte d’Azur : ressource des PME,  moteur de la transition écologique du territoire

Les objectifs de développement durable, les inégalités socio-économiques et la dégradation de l’environnement sont des sujets majeurs des programmes de recherche et d’enseignement au sein d’Université Côte d’Azur, particulièrement reconnue pour son excellence dans les sciences de l’environnement. La dimension interdisciplinaire de l’innovation responsable impose un vaste champ de recherche au sein duquel les sciences humaines et sociales interagissent avec les sciences de la nature et de la matière. Au travers d’outils et de programmes qui favorisent le développement de la recherche, de la formation et de l’innovation, le projet UCA JEDI cible les trois grands défis de notre avenir : résilience et durabilité des territoires, transformation économique et sociétale par le Numérique, bien-être et vieillissement.

Pour accompagner les démarches d’innovation des entreprises du territoire, Université Côte d’Azur met à disposition les ressources et les compétences diversifiées de l’ensemble de ses acteurs. Par la mise en place de modèles d’innovation interactifs, collaboratifs et ouverts aux entreprises – auxquels la Fondation UCA est associée -, mais aussi par sa capacité à former les étudiant.tes et à valoriser les résultats de la recherche pour répondre aux problèmes de la société, Université Côte d’Azur favorise l’acquisition, le partage, l’utilisation et l’exploitation des connaissances par les entreprises.

La Fondation UCA : la force d’un réseau territorial émulateur d’innovation responsable 

La fondation initie et facilite les rencontres et les interactions entre les PME du territoire, les met en relation permanente avec les acteurs des différents écosystèmes de la recherche et de l’enseignement supérieur, mais aussi avec l’ensemble des décideurs locaux. L’ensemble des acteurs de ce réseau  travaillent activement au sein de la fondation à la mise en œuvre d’une dynamique innovante, responsable, collective et partagée pour le bien-être présent et futur de la population de son territoire. Par la mise en réseau et la diffusion des connaissances et des avancées de la recherche fondamentale et de la technologie, la Fondation donne aux diverses organisations l’opportunité d’agir et de se développer dans un écosystème d’innovation responsable au service du territoire.

La co-innovation entre enseignants-chercheurs et entreprises prend notamment la forme de chaires de recherche dont un des grands objectifs est d’aider les entreprises à anticiper les ruptures d’usage et à concevoir une innovation durable, socialement responsable, en conformité avec les lois et réglementation, de créer de la valeur ajoutée pour les entreprises. La Chaire UX  for Smart Life : Home & Mobility, dont nous avons parlé ici en est le parfait exemple.

Par ailleurs, au travers des nombreuses bourses d’excellence académique que la Fondation octroie chaque année, les fonds qu’elle mobilise en faveur des étudiants en situation de précarité et de l’accompagnement des jeunes entrepreneurs, la Fondation soutient l’émergence et la formation d’excellence de nouvelles générations de chercheurs, de futurs collaborateurs hautement qualifiés qui pourront s’ancrer dans les projets responsables développés au sein des PME du territoire. Soutenus par les mécènes de la Fondation, les étudiants.tes, les alumni d’Université Côte d’Azur, peuvent s’inscrire dans une vision d’avenir de leur territoire, en lien avec les PME.

Innover responsable, c’est innover pour créer de la valeur ajoutée pour l’entreprise, c’est innover pour le bien-être de tous, c’est innover ensemble. N’hésitez pas à contacter et à prendre rendez-vous avec l’équipe de la Fondation.

*Virginie Barbesant, Université Côte d’Azur, Mémoire Master II Gestion de l’environnement et du Développement Durable « Relations entre démarches RSE et pratiques d’innovation responsable au sein de PME françaises. »

Photographie : (c) Shutterstock

Découvrez également dans la thématique
L’engagement RSE : une réponse forte aux attentes de la société civile
Deux campus universitaires UCA s’ouvrent à la reconnaissance
Lancement du Cercle Global Compact Côte d’Azur
FONDATION UCA_RSE_Mécénat
La RSE : levier de performance des entreprises