Single Blog Title

This is a single blog caption

La RSE : levier de performance des entreprises

Avec le mécénat, premier acte simple d’une démarche RSE, l’entreprise investit pour l’avenir.

La RSE, Responsabilité Sociétale des Entreprises, englobe l’ensemble des pratiques mises en place par les entreprises afin d’adopter les principes du développement durable : la viabilité économique, l’impact positif sur la société, le respect de l’environnement. La mise en place d’une politique RSE au sein d’une entreprise lui permet de mieux gérer ses risques car elle identifie les freins et les faiblesses de l’organisation et les leviers pour y remédier. Si, dans un premier temps, la démarche RSE a un coût financier, elle génère à court et à moyen terme une amélioration globale. Concrètement, l’entreprise réduit ses dépenses énergétiques et récolte doublement les effets positifs de cette économie en améliorant son image. Elle accroît la productivité, la motivation, la loyauté de ses salariés, et augmente ainsi son attractivité sur le marché de l’emploi à haute valeur ajoutée. Par ailleurs, elle fortifie son capital confiance auprès de ses parties prenantes.

Une politique globale portée par les dirigeants

La démarche RSE peine encore à s’imposer au sein des entreprises. Alors qu’elle devrait être au centre de la stratégie des organisations, elle est trop souvent cantonnée à des actions ponctuelles et une mention dans le rapport annuel. Or, la RSE est une politique transversale, un levier de performance global qui vise à améliorer l’entreprise dans des domaines variés et vitaux. Intégrer progressivement la RSE dans la stratégie et l’ensemble des activités de l’entreprise stimule l’innovation et donc renforce la compétitivité et la performance globale. En contribuant aux enjeux du développement durable, l’entreprise valorise sa responsabilité sociétale en articulation avec les politiques publiques et en partenariat avec les acteurs du développement économique du territoire. La démarche RSE consiste à comprendre les enjeux d’un territoire, les grands défis à relever, et à identifier ceux qui sont pertinents pour l’entreprise, en fonction de son secteur d’activité, de sa taille, sa localisation et des préoccupations des clients, salariés et parties prenantes. Une étude menée en 2016 par Bain & Company montre qu’une stratégie RSE ne peut se déployer efficacement que si le dirigeant de l’entreprise est pleinement convaincu de son potentiel de croissance. La motivation du dirigeant est bien le facteur clé de la mise en place d’une RSE valorisante pour l’entreprise, synonyme de performance durable.

Un positionnement fort, une performance chiffrée

La RSE est un levier d’action mais elle est également le ressort d’un positionnement ambitieux et structurant. Quand une entreprise rend compte de son impact sur la société, elle prend position publiquement, elle affirme un ensemble de valeurs et d’engagements. Aujourd’hui, les consommateurs imposent la transparence aux entreprises, leur réclament des engagements affichés et faciles à comprendre. On note ainsi un réel intérêt pour les labels de qualité, de respect de l’environnement, les actions philanthropiques. Les consommateurs intègrent de plus en plus la RSE des entreprises dans leur perception des marques. Les communicants valorisent désormais ce positionnement des entreprises qui résulte de la force et de l’authenticité de leur politique RSE. L’étude « Responsabilité sociales des entreprises et compétitivité – Évaluation et approche stratégique » publiée par France Stratégie, organisme rattaché au cabinet du Premier Ministre, estime un écart de performance économique d’environ 13% en moyenne entre les entreprises qui mettent en place des pratiques RSE et celles qui ne le font pas. Le gain est de 5% sur la dimension « relation-client » et de 20% dans le domaine des ressources humaines.

Le mécénat et la RSE

Si la loi impose aux entreprises comptant plus de 500 salariés d’intégrer à leur rapport annuel des éléments concernant leurs pratiques RSE, elle n’est pas réservée aux grands groupes, bien au contraire,  tout comme le mécénat n’est pas l’apanage des grandes entreprises. Mieux, les TPE et les PME représentent l’essentiel des mécènes des fondations car le mécénat est une action simple à mettre en place. Sa mise en oeuvre constitue souvent le premier acte d’une politique RSE, son premier investissement pour l’avenir. Un mécénat valorisé fédère les équipes, développe un sentiment de  fierté en interne, entretient une dynamique d’entreprise, et permet de mener des expérimentations cruciales pour le marché de demain. L’entreprise mécène s’ancre sur son territoire, contribue à le rendre plus attractif. Enfin, elle cultive une image positive tout en profitant d’avantages fiscaux.

Une politique RSE et les actions de mécénat qu’elle engendre ouvrent l’entreprise aux enjeux de son territoire, à de nouvelles perspectives génératrices d’activités.

Photographie : (c) Shutterstock

Partager sur
Découvrez également
Lancement du Cercle Global Compact Côte d’Azur
La Fondation remet un chèque de 33 000 euros au centre de simulation otoscopique d’Université Côte d’Azur
Journée Internationale de la Lumière au Palais de l’UNESCO à Paris
Entretien avec le président de la Fondation UCA, Eric DUMETZ

Laisser un commentaire