fbpx

Les doctorants, un atout précieux pour les entreprises; L’insertion professionnelle des étudiants sur notre territoire

Retour sur l’intervention de la Fondation UCA à la cérémonie d’accueil des doctorants de Université Côte d’Azur.

Œuvrer à la réussite des étudiants de l’université, favoriser leur intégration professionnelle sur le territoire, valoriser l’excellence et l’esprit d’innovation des doctorants grâce à l’attribution de bourses et le financement de projets étudiants sont autant de missions essentielles de la Fondation qu’Eric Dumetz, Président de la Fondation UCA, et Brice Farrugia, responsable des partenariats, ont présentées aux nouveaux doctorants en clôture de la cérémonie d’accueil des doctorants le mardi 3 décembre. Par vidéoconférence, deux invités de marque de la Fondation, Dr. Hala Najmeddine, responsable du département R&D et de l’intégration de l’I.A chez Active Asset Allocation, et Dr. Michel Gschwind, Président Directeur Général du Groupe Arfitec et membre fondateur de la Fondation, ont eu l’amabilité de venir témoigner de leurs parcours en entreprise, de partager leurs expériences doctorales et de délivrer quelques conseils à la nouvelle promotion des doctorants.

Soutenir les doctorants, financer leurs projets, valoriser leurs talents : Les bourses d’excellence académique de la Fondation et la plateforme de financement participatif

Les bourses d’excellence récompensent le parcours académique des jeunes docteurs et leur permettent de persévérer dans leurs sujets d’études, dans le domaine qui les passionne ou de financer leur insertion professionnelle. Pour attribuer ses bourses d’excellence académique-prix de thèse, la Fondation UCA travaille en collaboration étroite avec Pascale Steichen, Vice-présidente de la Politique Doctorale de l’université et l’ensemble du collège doctoral qui permet à la Fondation d’identifier chaque année les meilleurs candidats. Cette année, les lauréats des prix de thèse des six écoles doctorales sont Allessandro Araldi, Théa Ragon, Benjamin Ferrari, Vincent Deschaingne, Maria-Bernadette Madel et Maxime Deshayes.

Soucieuse de contribuer à la transmission des sciences au grand public, la Fondation remet également des bourses-prix de vulgarisation scientifique qui viennent récompenser des doctorants ayant participé à la finale azuréenne du concours « Ma thèse en 180 secondes ». Cette année, les lauréats sont Aurélien Gausseran, Paul Bertin et Anaïs Tran Ngoc. Les bourses d’un montant de 1 000 € ont été remises lors de la cérémonie officielle du mardi 15 décembre sur laquelle nous reviendrons dans un prochain article.

La plateforme de financement participative de la Fondation conçue par deux alumni de Université Côte d’Azur permet en outre aux étudiants, aux doctorants et aux chercheurs de financer leurs initiatives grâce aux dons de particuliers et d’entreprises. Cette année, 69 donateurs particuliers et 14 entreprises ont financé 57 étudiants pour une moyenne de 1 685 € par projet.

Promouvoir l’insertion des doctorants dans le secteur privé, multiplier les rencontres entre les entreprises et les doctorants universitaires

Le doctorat est le fleuron des universités et de plus en plus de PME prennent conscience désormais non seulement des compétences scientifiques des docteurs mais aussi de leurs capacités à créer de nouvelles solutions, imaginer le futur, gérer des ruptures, maîtriser la complexité et l’incertitude, repenser les fondamentaux, relever les défis de l’innovation pour réussir une croissance durable. De belles carrières s’ouvrent aujourd’hui aux jeunes docteurs dans les entreprises de notre territoire.

Parce que le cœur de métier de la Fondation est de lever des fonds auprès des entreprises, de convaincre des mécènes, de créer des interfaces entre le monde académique et le monde de l’entreprise, la Fondation multiplie naturellement les ponts et les points de rencontre entre les étudiants et les industriels et favorise leur collaboration, notamment au sein des chaires qu’elle porte.

Des atouts à cultiver et à valoriser auprès des entreprises : les conseils de nos invités

« Trois années de thèse passent très vite, les doctorants doivent donc en profiter au maximum pour préparer leur insertion professionnelle », a souligné Hala Najmeddinec. Déposer des brevets si le sujet de thèse s’y prête, soigner la qualité des articles publiés sont autant de démarches indispensables et porteuses d’opportunités professionnelles futures. Mais en dehors de ses compétences scientifiques et techniques à mettre en avant, a-t-elle ajouté, les doctorants développent aussi une rigueur, un sens de l’organisation et cultivent leur ouverture d’esprit en travaillant en équipe, autant de qualités recherchées par les entreprises. C’est d’ailleurs pour toutes ces qualités qu’une PME innovante a tout intérêt à embaucher un docteur, a renchéri Michel Gschwind. « Une thèse, c’est la chance de mener un projet intense sur une durée limitée et c’est typiquement ce qui est demandé dans une entreprise, mais avec des délais plus courts. Un timing à respecter, l’obligation de rendre un document, de le présenter, de convaincre une équipe, le défi de l’innovation, toute cette formation d’esprit est importante et très appréciable dans une entreprise. » 

Dans la nouvelle économie, les entreprises seront de plus en plus appelées à recruter des docteurs en sciences dures et technologies mais aussi en sciences humaines, en sociologie notamment, a tenu à préciser le PDG d’Arfitec. « Les sciences humaines sont de plus en plus importantes parce qu’aujourd’hui les entreprises font bien plus que de vendre des machines, elles délivrent un service, créent des expériences pour leurs clients, participent à la qualité de vie des consommateurs. Elles ont à travailler l’interaction entre la technologie et le comportement humain. Nous avons besoin de la formation d’esprit très global des docteurs en sciences humaines. » Les docteurs invités ont conclu en soulignant à quel point le doctorat (Phd en anglais) est reconnu et valorisé hors de nos frontières et en souhaitant aux jeunes doctorants trois belles années de thèse.

 

Hala Najmeddinec

Docteure en Sciences et Technologie de l’Information et de la Communication – Université Blaise Pascal

Thèse CIFRE en collaboration avec EDF R&D et Landis +Cyr

Responsable du département R&D, Innovation

Active Asset Allocation

FinTech d’ingénierie financière

 

Michel Gschwind

Ingénieur et Docteur de l’Ecole des Mines Sophia-Antipolis

Fondateur et PDG du Groupe Arfitec

Membre fondateur de la Fondation UCA

Interface entre le monde académique et les acteurs privés de son territoire, la Fondation, en répondant aux besoins des entreprises et des industriels, ouvre aux étudiants et aux doctorants de nouvelles possibilités pour réaliser leurs projets professionnels.

 

Des aides financières qui ouvrent les portes des PME aux jeunes chercheurs

La thèse CIFRE 

Le CIFRE (Conventions Industrielles de Formation par la Recherche) est une convention signée entre une entreprise, un doctorant et un laboratoire de recherche public. En pratique, l’entreprise confie une mission de recherche au doctorant en début de thèse (CDD 36 mois ou CDI), mission qu’il réalisera en partenariat avec le laboratoire de recherche et qui servira de support à sa thèse (3 ans).  L’entreprise perçoit une subvention annuelle pendant ces 3 ans de la part de l’Association Nationale Recherche et Technologie (ANRT) pour le compte du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche qui finance le dispositif CIFRE.

Le crédit d’impôt recherche 

Le crédit d’impôt recherche (CIR) est une « mesure générique de soutien aux activités de recherche et développement (R&D) des entreprises, sans restriction de secteur ou de taille ». Ainsi, les dépenses imputables à l’embauche des jeunes docteurs peuvent être prises en compte à 200%.

Le doctorat-conseil

Durant les trois années de préparation de son doctorat, et dans la limite de 32 jours maximum par an, le doctorant peut s’investir dans un projet défini conjointement avec une entreprise ou tout autre organisme. Chaînon intermédiaire entre l’Université et l’Entreprise, le dispositif du Doctorat-Conseil a pour ambition de permettre aux doctorants et au monde professionnel de mieux se connaître et permet une convergence vers des valeurs qui leur sont communes : l’ouverture, la créativité et l’innovation au service du développement et de la diversification de l’entreprise.

Photographie : (c) Droits réservés

Découvrez également dans la thématique
Le programme de reconnaissance de la Fondation UCA
Lancer son projet de financement participatif : les clefs du succès