Single Blog Title

This is a single blog caption

Mycophyto : les enjeux de l’agriculture durable

Lauréate 2016 du concours de création d’entreprise de la Fondation, Mycophyto s’apprête à intégrer le projet 3IA, Institut interdisciplinaire de l’Intelligence Artificielle, porté par Université Côte d’Azur.

Notre territoire doit faire face au défi majeur de la transition agricole et environnementale qui passe par un changement global de l’agriculture dont le modèle actuel a été construit autour de la chimie industrielle. La société Mycophyto développe des solutions biologiques qui permettront à terme de développer une agriculture  100% durable, donc rentable d’un point de vue économique, environnemental et humain.

L’innovation Mycophyto, développée par Justine LIPUMA, Docteur en microbiologie, et Christine PONCET-DOISE, Ingénieur de recherches à l’INRA, s’appuie sur les synergies naturelles entre les plantes et des champignons microscopiques présents dans les sols capables d’interagir avec les racines des plantes. Mycophyto commercialise des solutions biologiques foncièrement innovantes parce qu’elles sont déterminées en fonction d’un terrain donné et qu’elles n’utilisent que des micro-organismes indigènes. Mycophyto a breveté des techniques qui multiplient par 300 la concentration des champignons présents dans un sol,  déterminent la combinaison plante-champignon opérante, et qui mettent en place l’interaction symbiotique. Les tests de validation en vie réelle ont démontré une augmentation de rendement de 40 %, une meilleure protection contre les pathogènes aériens et une réduction des intrants. Mycophyto s’adresse  aux acteurs de l’agriculture et de l’aménagement des territoires méditerranéens, dans des zones où le changement climatique, la raréfaction de la ressource en eau vont devenir des urgences vitales.  La start-up a prouvé son efficacité sur des productions de terroir, vignes, olives, plantes à parfum, des productions  propres à notre territoire.

Aujourd’hui, Mycophyto travaille sur  un projet ambitieux : le développement d’un outil de prédiction géo-localisé qui affinera les solutions biologiques spécifiques. Ce programme, déposé au concours Ilab, permettra à Mycophyto de s’affranchir des premières étapes de son processus : le prélèvement et l’analyse du sol.  L’objectif affiché est de faire du spécifique à grande échelle. L’outil prédira quels types de souches sont présents dans un sol grâce à une  simple coordonnée géographique. En parallèle, Mycophyto créera  une bio-banque de souches vivantes. Une fois la prédiction réalisée, les champignons les plus adaptés à un sol sortiront de la banque, seront adaptés et distribués via un réseau partenaire de pépiniéristes. Le développement d’un tel outil de prédiction requiert des compétences en Intelligence Artificielle, en data-sciences, en modélisation mathématique, et en microbiologie, une synergie scientifique qui sera menée par Mycophyto au sein du 3IA porté par l’Université Côte d’Azur. Ce développement spécifique 3IA sera intégré dans une chaire plus large s’intéressant à toutes les dimensions des enjeux de la transition agricole.

En effet, Mycophyto souhaite initier des modèles qui pourraient être dupliqués à grande échelle à partir de notre territoire. Pour se faire, toutes les ressources du territoire devront être mobilisées car l’agriculture sollicite des domaines de compétences très divers. La Fondation  prépare  donc une chaire centrée autour de Mycophyto,  chaire dédiée aux enjeux de la transition agricole. Cette chaire réunira les industriels prescripteurs et des chercheurs de compétences très diverses.  Des économistes, des spécialistes des sciences humaines seront appelés à étudier les changements des comportements pour se projeter sur cet aspect de la transition. Des spécialistes en data-science et en Intelligence Artificielle, des microbiologistes, des acteurs du monde agricole réfléchiront ensemble aux problématiques que soulève le développement des solutions durables. La chaire portée par la Fondation garantira l’éthique  Mycophyto en lui  permettant de conserver la pleine et entière propriété intellectuelle de ses recherches.

Grâce à la Fondation, le pouvoir de changer de modèle agricole revient aux mécènes qui choisissent de participer à cette transition cruciale.

Photographie : (c) Droits Réservés

Faire un don

 

Partager sur
Découvrez également
Cannes Storytelling : édition 2019
La Fondation remet un chèque de 33 000 euros au centre de simulation otoscopique d’Université Côte d’Azur
Journée Internationale de la Lumière au Palais de l’UNESCO à Paris
Entretien avec le président de la Fondation UCA, Eric DUMETZ

Laisser un commentaire