Single Blog Title

This is a single blog caption

QUANTUM : Université Côte d’Azur, première université française à expérimenter un réseau quantique.

Orange met à disposition de Université Côte d’Azur deux brins de fibre noire qui permettront d’établir des liens de cryptographie quantique entre l’Institut de physique de Nice, le centre INRIA de Sophia-Antipolis et l’IMRED basé dans la plaine du var.

Grâce au partenariat avec Orange signé en mai 2019, Université Côte d’Azur s’apprête à tester sur le terrain ses protocoles de cryptographie quantique élaborés en laboratoire. Engagé depuis plusieurs années sur des travaux de recherche en physique quantique au sein de l’Institut de physique de Nice, le projet QUANTUM mené par Sébastien Tanzilli, physicien lauréat de la médaille bronze du CNRS, travaille sur la sécurisation de très haut niveau des données, un enjeu stratégique pour les particuliers, les entreprises, les grands groupes industriels, les banques et l’Etat.

Aujourd’hui, sans que nous en ayons conscience, la cryptologie est omniprésente sur Internet. Grâce à elle, nous pouvons transmettre des informations confidentielles de façon sécurisée. Nos paiements en ligne, nos recherches sur Google sont chiffrées, ainsi que tous nos échanges Web. La cryptologie et les questions relatives au chiffrement sont au cœur de l’actualité dans le monde parce qu’elles touchent à la sécurité de nos sociétés : protection de l’identité et des données personnelles des citoyens, protection de la propriété intellectuelle et des contenus industriels, sécurisation des architectures réseaux très hauts débits, sécurisation des communications… À l’heure du tout numérique, la confiance accordée aux technologies présentes et futures dépend de la sécurité des systèmes d’information. La cryptographie actuelle est basée sur les mathématiques, sur la complexité algorithmique. Elle est donc vulnérable aux futures avancées technologiques, la construction d’un ordinateur quantique de grande taille notamment dont la puissance de calcul mettrait à mal nos protections en quelques secondes. Même si les calculateurs quantiques en sont encore au stade expérimental, États et entreprises anticipent cette menace sur la sécurité de nos données en soutenant les projets de recherche et développement dans le domaine de la cryptologie quantique qui semble garantir une protection inviolable.

Le cryptage quantique, développé dans les laboratoires de l’Institut de physique de Université Côte d’Azur, fait reposer la sécurité des protocoles non plus sur des propriétés mathématiques mais sur les lois de la physique quantique. La cryptographie quantique exploite en effet les principes de la physique quantique pour rendre un message incompréhensible à toute personne à l’exception de la personne à laquelle il est destiné. Le contenu ne peut être déchiffré qu’à l’aide d’une clé quantique transmise sous forme de photons, des particules de lumière. Ces clés secrètes sont parfaitement aléatoires. Si une clé est interceptée par un tiers, la clé se transforme instantanément et devient illisible, donc inutile. La tentative de piratage est aussitôt détectée en raison de l’extrême sensibilité aux perturbations des systèmes intriqués. La procédure peut alors être annulée et relancée automatiquement, en quelques dizaines de millisecondes.

Si ces solutions de chiffrement sont considérées comme étant les plus sécurisées aujourd’hui, leur déploiement à grande échelle exige encore des progrès technologiques et des expérimentations en conditions réelles avec les contraintes d’un véritable réseau. La mise en application de la cryptographie quantique requiert donc une collaboration étroite des acteurs du monde académique et du monde industriel. Les fibres optiques mises à disposition de Université Côte d’Azur par Orange permettront de montrer que la cryptographie quantique peut être concrètement réalisée au sein d’un réseau urbain, mais elles permettront aussi à l’équipe d’Orange Labs de réaliser des études opérationnelles en matière de distance et de débits, d’alimenter leur veille technologique en matière de sécurité des données.

La cryptologie est un enjeu de recherche essentiel. Les partenariats entre chercheurs universitaires et industriels peuvent concrètement mettre en place cette sécurité absolue des données qu’offre la cryptologie quantique. Le partenariat Université Côte d’Azur-Orange est l’exemple parlant des projets portés par l’initiative d’excellence (IDEX) de Université Côte d’Azur, une traduction de notre volonté d’activer la collaboration université-entreprises. De nouveaux partenaires industriels devraient intégrer prochainement la dynamique de recherche intensive et d’expérimentations concrètes menées par l’équipe de Sébastien Tanzilli. Le développement de Quantum nécessite un financement collectif pour lequel la Fondation UCA mène une campagne active de levées de fonds.  Contribuer au projet Quantum, c’est garantir l’avenir de nos systèmes de communication.

Photographie : (c) Droits réservés

Partager sur
Découvrez également
Pourquoi nous vous appelons à contribuer aux missions de la Fondation UCA ?
Lancement du Cercle Global Compact Côte d’Azur
La RSE : levier de performance des entreprises
Cannes Storytelling : édition 2019

Laisser un commentaire