fbpx

Rencontre avec Michel Cibelly, président fondateur du Groupe Cibelly, membre fondateur de la Fondation UCA

 


Pouvez-vous présenter à nos lecteurs le groupe Cibelly ?

Le Groupe Cibelly est devenu un groupe multi services destinés aux entreprises. Nous étions à l’origine un cabinet d’expertise comptable avant de nous développer au cours des dernières années en termes d’activités et d’implantations territoriale puisque, au-delà de la Côte d’Azur, 20% de notre activité est à Paris. Nous couvrons aujourd’hui l’ensemble des prestations comptables, audits, sociales, juridiques et patrimoniales. Pour compléter notre cabinet d’expertise comptable, nous avons créé des sociétés complémentaires. Nous avons par exemple une société dédiée au portage salariale, une autre qui ne fait que du courtage d’assurances, une troisième dans le domaine de l’aide à la personne. La plus récente est une société parisienne, la première en son genre car elle associe l’expertise comptable et un administrateur judiciaire pour agir bien en amont des difficultés et aider les entreprises à franchir ces caps difficiles.

En résumé, nous aidons à créer des entreprises, nous vivons toute leur vie avec elles dans l’ensemble de leurs composantes et s’il leur arrive des difficultés, nous sommes là. Nous nous occupons aussi de leurs dirigeants en gérant leur patrimoine.

Vous êtes mécène fondateur de la fondation universitaire depuis dix ans. Pourquoi et comment êtes-vous devenu mécène ?

Nos relations avec l’université ne datent pas de la fondation. Il y a 20 ans, j’ai déterminé qu’il était nécessaire que nous soyons connus sur Nice en tant que recruteur. Ceci dit, je ne savais pas que, bien des années plus tard, ça s’appellerait la marque employeur. Nous sommes donc entrés à l’université en étant chargés de cours. Plusieurs de nos collaborateurs experts comptables ont donné des cours à l’IUT, à la faculté de droit et à l’IAE. Chaque fois que l’université nous appelait, nous étions présents. Nous avons été de toutes les portes ouvertes de l’université. L’idée a toujours été de se faire connaître des étudiants, qu’ils sachent qu’un cabinet pouvait les accueillir ou les accompagner.

Il y avait là une démarche qui relevait également de la philanthropie, ce qui n’était pas pour nous déplaire. Le groupe Cibelly est une entreprise familiale qui n’est pas plus généreuse qu’une autre, mais certainement pas moins généreuse que les autres non plus.

Votre engagement au sein de la fondation était donc la suite logique de votre rapprochement avec l’université ?

La première fondation universitaire était en création en 2012 quand je suis arrivé. Ce n’était donc pas une suite logique mais un challenge qui m’a plu. Être un pionnier dans une aventure, ça nous allait bien. Le système que l’université nous a présenté nous convenait : la bourse pour la création d’entreprise, les bourses pour les étudiants dynamiques, les bourses pour des étudiants méritants de qualité qui ont divers handicaps. Cette idée de rapprocher les entreprises du territoire de l’université était intéressante.

Quand Université Côte d’Azur a obtenu l’IDEX, vous avez continué avec la nouvelle Fondation…

C’est toujours la fondation. Elle est devenue un outil au service de l’université et ils ont bien fait car l’IDEX est un atout formidable. Cette volonté de rapprocher les entreprises du territoire de l’université existe toujours. Toutes les PME et TPE du territoire devraient être impliquées au sein de la Fondation parce que ce sont elles qui font l’économie locale, ce sont elles qui recrutent les jeunes dans notre département, ce sont elles qui comptent.

Je suis particulièrement fier que des bourses soient remises chaque année aux jeunes qui créent de nouvelles entreprises. Je suis épaté par ces jeunes qui ont des sacs à dos très lourds à porter et qui ont des résultats magnifiques. Ils sont d’un enthousiasme phénoménal. Ils prouvent qu’il y a beaucoup de ressources dans les jeunes générations. Tout va reposer sur ce petit nombre d’étudiants méritants et volontaires. Ils ont du talent, de la réussite que beaucoup leur envieront.

Votre mécénat s’intègre-t-il dans la démarche RSE du Groupe Cibelly ?

Nous ne l’avons pas vraiment fait et c’est une erreur. Nous ne parlons pas suffisamment de ce que nous faisons en faveur des personnes en situation de handicap par exemple. Nous n’avons pas d’axes pré-définis, nous définissons nos actions philanthropiques en fonctions des rencontres.

Si vous vous retournez sur vos dix ans d’engagement au sein de la Fondation ?

C’est une expérience magnifique. Je suis heureux d’avoir vécu cette aventure, d’avoir pu contribuer au développement de la fondation. Si c’était à recommencer, je referai exactement pareil car l’idée est excellente.

Vous aussi, soutenez les actions de la Fondation UCA pour un territoire durable et inclusif, devenez mécène de la Fondation UCA.

Photographie : (c) DR

Découvrez également dans la thématique
Banque Populaire Méditerranée, membre fondateur de la Fondation UCA
Société Générale Nice, mécène de deux bourses « Égalité des Chances »
Rencontre avec Brice Farrugia, Responsable Partenariats de la Fondation UCA, Pilotage des actions stratégiques
Les Lions au service des étudiants et étudiantes de Université Côte d’Azur : financement de trois bourses Égalité des Chances supplémentaires