fbpx

Rencontre avec un lauréat de la bourse UCA Jedi Junior, Sofiane Rezzouki, élève de seconde générale au Lycée Estienne d’Orves de Nice

Lancé en décembre 2019, en partenariat avec le Département des Alpes-Maritimes et l’Académie de Nice, le programme « UCA Jedi Junior » est financé par le Conseil Départemental Des Alpes-Maritimes et par l’Initiative d’excellence UCA Jedi. Son objectif est de favoriser l’ouverture et l’accompagnement vers la réussite du collège à l’enseignement supérieur des élèves prometteurs des collèges des Alpes-Maritimes du réseau d’enseignement prioritaire. Sept lauréats du programme ont été récompensés par la Fondation Université Côte d’Azur lors de la cérémonie de remise de bourses du 15 décembre 2020. Ils vont bénéficier d’une bourse mensuelle de 100€ pendant leurs trois années de lycée et une somme de 3000€, bloquée sur le compte de la Fondation, leur sera versée sous forme de bourse dès leur entrée dans le supérieur.

Comment êtes-vous entré dans le programme UCA Jedi Junior de Université Côte d’Azur ?

Donia Trad et l’équipe du programme sont venues présenter le programme aux classes de troisième du collège Jean Rostand et nous ont proposé de participer à quelques activités ludiques de découverte sur un après-midi, des exercices de programmation informatique par exemple. Je me suis dit que ce programme ne pouvait être qu’un plus pour moi : des activités extra-scolaires, un supplément de culture générale… J’avais tout intérêt à essayer !

En quoi consiste ce programme concrètement ?

Pendant les semaines des vacances scolaires, nous avons suivi des ateliers dans diverses disciplines universitaires. Nous avons visité l’IMREDD, le campus Saint-Jean-d’Angely. Nous avons assisté à deux conférences, la première sur la bio-inspiration, la seconde sur la cognition. Nous avons appris notamment comment on pouvait aborder les gens qui ont des problèmes neuropsychologiques. Tous ces sujets-là, on ne les aborde pas au lycée. Et même en faisant des études supérieures, ce sont des matières qu’on ne verra pas forcément.

Sur le plan scolaire, ce programme a-t-il changé quelque chose pour vous ?

L’année dernière, l’objectif était surtout de nous donner envie de découvrir toutes les possibilités que pouvait nous offrir l’université. Cette année, depuis que nous sommes entrés en seconde, le programme est plus pédagogique car on nous aide beaucoup sur le plan scolaire. Nous faisons part de nos difficultés à Donia Trad qui organise ensuite des cours avec des professeurs d’université. Tant que le covid nous le permettait, nous allions, le mercredi après-midi et de temps en temps pendant les vacances scolaires, au campus Saint-Jean d’Angely suivre ces cours de soutien. Depuis quelques semaines, nous les suivons en visio-conférence. Nous avons des cours de mathématiques, d’anglais, de français et de physique-chimie depuis la semaine dernière. Nous allons être suivis comme cela jusqu’à la fin du lycée. Tous ces cours particuliers sont gratuits pour nous et nous recevons notre bourse tous les mois. Je me trouve chanceux parce que nous n’avons été que sept à être sélectionnés sur une centaine de candidats.

Savez-vous sur quels critères vous avez été sélectionnés ?

Je sais que ce n’est pas sur les notes que nous avons été sélectionnés, même si pour nous l’objectif est de progresser, mais sur notre motivation. L’objectif du programme est vraiment de nous donner la possibilité de choisir notre avenir, que chacun d’entre nous puisse avoir un métier plus tard. En nous faisant découvrir toutes les possibilités de l’enseignement supérieur à Nice, Donia veut nous montrer qu’il y a plein de parcours possibles et que le programme peut nous aider à aller jusqu’au bout, que nous pourrons aller à l’université. Moi, je sais déjà que je veux être professeur de mathématiques. Du coup, Donia et son équipe m’aident à aller plus loin, à me motiver …

En recevant la bourse, vous avez signé un engagement avec l’université et la Fondation.

Oui, nous avons passé un contrat avec l’université en signant le livret d’engagement UCA Jedi Junior. Nous nous sommes engagés à rester dans le programme jusqu’à la fin du lycée, à poursuivre nos études. Le but est qu’on ne décroche pas, qu’on aille jusqu’au bout. C’est une responsabilité parce qu’on nous a fait confiance. On doit assumer. On peut changer d’orientation en cours de route, changer de projet d’avenir, le tout c’est de persévérer. Le but c’est vraiment d’arriver en terminale en ayant un objectif pour après, savoir quelle université ou quel établissement choisir, quelle filière pour quel métier. Je ne suis pas le seul à être motivé, nous le sommes tous les sept. Certains d’entre nous ne savent pas encore ce qu’ils veulent faire, mais ils ont déjà une idée de la voie qu’ils vont prendre.

La bourse est également une aide financière.

C’est important pour nous car nous venons tous d’un milieu modeste. La bourse que nous donnera la Fondation quand nous arriverons en études supérieures nous aidera à payer une partie des frais, à passer notre permis de conduire peut-être. Les cent euros que nous recevons tous les mois, de septembre à juin, m’aident aussi au quotidien parce ma famille a des difficultés financières. Mais cette bourse est surtout une motivation, un encouragement. En début d’année, nous sommes allés dans nos anciens collèges parler du programme et encourager les troisièmes à s’inscrire. On leur a dit qu’ils ne devaient pas venir dans le programme que pour les 6 000 euros, mais qu’ils devaient venir parce qu’ils se sentaient impliqués dans le projet, parce qu’ils avaient envie de réussir plus tard.

Photographie : (c) Gaëlle Simon

Découvrez également dans la thématique
Rencontre avec Brice Farrugia, Responsable Partenariats de la Fondation UCA, Pilotage des actions stratégiques
Les Lions au service des étudiants et étudiantes de Université Côte d’Azur : financement de trois bourses Égalité des Chances supplémentaires
Interview de Franck Cadoret, Directeur Général de Canal+ France et Vivendi, partenaires de la chaire Talent Unlimited
Rencontre avec un grand donateur de la Fondation UCA